Une conférence
d'Ethan Marcotte.

The World-Wide Work

Dropcaps et l'influence de nos designs.

Imaginons qu’il y ai un souci lors de notre design, on fait une lettrine devant un paragraphe mais l’espace autour des lettres change en fonction du navigateur ça ne peut paraître être qu’un petit détail qui prend du temps à fixer pour pas grand chose mais ce problème indique quelque chose de bien plus important, en tant que designer nous avons le pouvoir de changer l’expérience de l’utilisateur sans même s’en rendre compte, par exemple ici pour un malvoyant qui utilise un programme qui va lire pour lui, il va entendre la lettre puis le mot au lieu d’entendre tout le mot en un coup. Il est bien trop facile d’exclure certaines personnes de nos créations lorsque nous oublions un détail ou deux.

 Photo de robert Moses

Robert Moses

Robert Moses est l’exemple du pouvoir que nous possédons lors de la création de notre design. C’était un urbaniste américain qui est à la base de la rénovation de New York entre 1930 et 1970 il a réussi à mettre le siège social des Nations unies à Manhattan plutôt qu’à Philadelphie en plus de réaliser plusieurs immeuble qui sont des icônes de New-York.

D’après la personne qui rédigeait sa biographie il n’était pas gênée de raconter son mépris envers les gens qui étaient différents de lui. Selon lui les ponts d’autoroutes doivent être bas, ils ne doivent pas dépasser les 2m30. Cela veut dire que seul les voitures peuvent passer en dessous de ces ponts, pas les bus. En 1950 pour avoir une voiture il fallait vivre de manière aisée. Et juste comme ça à l’aide du design qu’il a crée il exclut toutes personnes pauvres d’accéder à une certaine partie de la ville.

Parlons du pouvoir que nous avons avec le web

3 exemples avec les plus gros noms de l’industrie en 2018.

Logo Amazon

Amazon a crée son propre programme de reconnaissance faciale et a commencé à le vendre à différentes agences gouvernementales aux états-Unis. On a aussi découvert que ce programme a tendance à identifier beaucoup de gens comme ancien condamné de prison, beaucoup d’entre eux étaient des personnes de couleurs.

Logo google

En mai 2018 Google participe au Projet Maiven avec le Pentagone en voulant donner des intelligences artificielles qui pourrait aider les attaques de drones à mieux viser. Peu après on apprend le projet Dragonfly qui était une version traçable du navigateur pour la chine. Si ce projet venait à bout, on pourrait se faire arrêter pour ce que l’on dit sur internet.

Logo Amazon

Facebook a eu pas mal de problèmes avec des personnes qui arrivent à voler des data et il y a aussi eu le fameux procès de Mark Zuckerberg. Mais le plus dérangeant est le rapport de l’UN parlant de la ville de Myanmar ou il y a eu énormément de tueries, dans ce rapport on indique que Facebook a été un instrument à propager des propos haineux dans un contexte ou pour la plupart des utilisateurs Facebook c’est Internet.

Comment le web a pu en arriver la.

À l’aide du livre de Ursula Franklin, The Real World of Technology, Ethan Marcotte va essayer de montrer comment chaque invention technologique se développe en 3 étapes.

Un exemple avec la machine à coudre.

En 1860, elle a été vendu comme une machine qui allait libérer les femmes de la pénible tâche qu’est coudre à la main et qu’elle allait annuler la pauvreté. Alors que la technologie s’améliore, la machine devient plus une question d’efficacité dans un milieu professionnel qu’autre chose, il y a des entreprises qui font des créations à la chaîne avec ces machines. Petit à petit la technologie s’améliore mais dans un but lucratif, il y a de plus en plus de machine et moins de travailleur. Ce qu’il s’est passé avec la machine à coudre est en train de se passer avec le web en ce moment.

Commençons avec une histoire.

L’histoire de Brenda Monyangi, c’est une mère célibataire qui vit dans la ville de Kibera au Kenya qui est le plus gros quartier pauvre du pays. Elle travaille dans une compagnie qui produit des training data, c’est à dire qu’elle va forcer des données dans un algorithme pour le rendre plus précis. Le travail que sa boite réalise va se faire acheter par des grosses entreprises comme Microsoft, Google, ou encore Amazon. Le travail de Brenda va donc alimenté les gains des plus grandes entreprises et pourtant elle et ses collègues ne sont payés que 9$ par jour.

Le travail que les data workers réalisent est souvent pour entraîner les programmes qui pourraient les remplacer. Du coup si la technologie de reconnaissance de photo s’améliore, est-ce que ce genre de travail, qui fait vivre Brenda et bien d’autres-va encore exister ?

Notre industrie a une tendance à traiter certaines classes de travailleur comme invisible et idéal pour l’automatisation. On peut le voir avec Brenda ou encore avec le Duplex de Google qui pourrait remplacer toutes secrétaires de la planète d’ici quelques années. Cette automatisation entraine la suppression de boulots peu qualifié et met en place des conditions d'exploitation subie par les travailleurs les plus vulnérables.

Mais ça n’arrive pas que pour les petits jobs de l’industrie. Par exemple Airbnb a montré une vidéo d’un programme qui réalisait un design juste à l’aide d’un “dessin”, chaque forme correspondait à quelque chose dans le programme et en quelques secondes le design d’une page est crée. Ce programme est une invention incroyable mais que se passe-t-il pour tous les gens qui sont censés réaliser un design, il faut au moins une dizaine de personnes pour transformer une idée en design que vont-elles devenir?

Ensemble nous avons du pouvoir.

En 2018, Google a eu plusieurs soucis comme ceux présentés plus haut, en octobre, le New-York Times a signalé le fait que Google a défendu 3 cadres d’Android accusés d’agression sexuelle. Après cette annonce 20 000 employés de Google à travers le monde ont fait une marche afin de protester et demander un meilleur environnement de travail. L’organisation de cette marche ne s’est pas faite en un jour, elle est le résultat d’un groupe de travailleurs qui a réussi à créer une infrastructure pour rester connecté entre eux et créer une solidarité.

We need to unionize my loves.

Conclusion

En conclusion, le web est en train d’évoluer, parfois dans le mauvais sens et tout seul c’est impossible de le changer mais en s’inspirant de ce qu’ont fait les employés de Google, nous pouvons essayer de réparer les inégalités que notre industrie a crée et se battre pour un meilleur environnement de travail pour tous.